Proverbes et dictons corses

Pruverbii è detti Corsi

Ainsi va le monde

U mondu hè bellu, basta à sapellu piglià
Le monde est beau, il suffit de savoir le prendre
Ancu s'è lettu hè malfattu, ci si dorme bè s'omu hè stancu
Même si le lit est mal fait, on y dort bien si on est fatigué
(il faut savoir se contenter de son sort)
Quandu facciu eiu i cappelli, nascenu l'omi scapati
Quand je fabrique des chapeaux, les homme naissent sans tête
(de celui qui n'a pas de chance)
Hè megliu à falla in giuventù, dopu si hè vechju è ùn si pò più
Il vaut mieux faire les choses dans sa jeunesse, après on est vieux et on ne peux plus
Ci vole à vestesi secondu a so età
Il faut s'habiller selon son âge
S'omu vole ch'ella duri, ùn ci vole micca à fà più chè e so forze
Si on veut que ça dure, il ne faut pas aller au delà de ses forces
Finu à a morte camperemu
Jusqu'à la mort nous vivrons

La parenté

Prima à i toi è à l'altri s'è tù poi
D'abord aux tiens et autres si tu peux
À a morte è à l'amicizia si cunnosce a parentia
à la mort et à l'amitié se reconnait la parenté
I so panni brutti si lavanu in famiglia
Le linge sale se lave en famille
À chì ùn ricunnosce i so parenti quand'ellu ùn ne hà bisognu, pocu tene à lu so sangue
Qui ne connaît pas ses parents quand il n'en a pas besoin, ne tient pas beaucoup à son sang
Ùn guarda quant'è ti vengu, fideghja quant'è ti tengu
Ne considère pas notre degré de parenté mais plutôt combien je t'aime
Dimmi quant'è tu mi teni è micca quant'è tù mi veni
Dis moi combien tu m'aimes plutôt que le degré de notre parenté
À chì ti tene caru ti face pienghje
À chì ùn ti tene caru ti face ride
Qui t'aime te fait pleurer
Qui ne t'aime pas te fait rire
Tagliami capu è pedi, ma lampami induve i mei
Coupe-moi la tête et les pieds, mais jette-moi chez les miens

La maison

In casa soia, ancu u cecu sà induve ellu mette e so mani
Dans sa maison, même l'aveugle sait où il pose les mains
Hè megliu vergogna à piattà chè vergogna à mustrà
Vergogne à cacher vaut mieux que vergogne à montrer
Una casa senza patrone pare un focu senza tizzone
Une maison sans maître est comme un feu sans bûche
Quandu tuttu mondu cumanda, l'affari vanu male
Quand tout le monde commande, les affaires vont mal
Quandu ùn ci hè ghjattu in casa, i topi ballanu
Quand il n'y a pas de chat à la maison, les rats dansent
Bisogna à rispittà u cane pè u patrone
Il faut respecter le chien par égard pour son maître
Induve nisunu difende, ogni manu cerca à prende
Là où personne ne défend, chaque main cherche à prendre
S'ellu ci hè trè pignatte à u focu, hè festa
S'ellu ci hè trè donne in casa, ghjè grand'timpesta
Si il y a trois marmites au feu, c'est fête
Si il y a trois femmes à la maison, c'est grande tempête
Ùn si renderà mai ciò ch'una mamma face
On ne rendra jamais ce qu'une mère fait
Chì di ghjallina nasce in terra ruspa
Qui est né d'une poule gratte le sol
(on ne peut pas renier ses origines)
I figlioli sò a gioia di a casa
Les enfants sont la joie de la maison
Quandu eru giovanu eiu, cumandavanu i genitori, ma avà cumandanu i zitelli
Quand j'étais jeune c'était les parents qui commandaient, mais maintenant ce sont les enfants qui le font
L'omi chì anu i so panni assestati, anu donne chì sanu travaglià
Les hommes aux vêtements bien soignés ont des femmes qui savent travailler

Source : "Pruverbii è detti Corsi : corse-français" de Paulu Dalmas Alfonsi - Editions Rivages